Rechercher
  • Kenza Bennis

Focus sur la L-Tyrosine

La L-Tyrosine ou tyrosine est un acide aminé qui a été découvert en 1846 par un chimiste allemand, Justus Von Liebig, dans la protéine du fromage, la caséine. De ce fait, elle tire son nom du mot grec tyros, qui signifie fromage. La tyrosine intervient dans la fabrication de la dopamine, de l'adrénaline et de la noradrénaline, des neurotransmetteurs ou neuro-hormones importants pour le maintien de la santé cérébrale, la régulation de l’humeur et la lutte contre les effets liés au stress.


Bienfaits de la L-Tyrosine :

  • Aide au bon fonctionnement du système nerveux

  • Participe à la synthèse de neurotransmetteurs essentiels

  • Stimule les fonctions cognitives et la vigilance

  • Améliore l’humeur

  • Limite la fatigue


Sommaire :

  • Qu’est ce que la Tyrosine?

  • Les Bienfaits de la L-Tyrosine

  • Les Aliments sources de Tyrosine

  • La L-Tyrosine Cuure

  • Posologie de la L-Tyrosine


Qu’est ce que la Tyrosine ?


La tyrosine est un acide aminé qui intervient dans la structure de presque toutes les protéines de l'organisme. La plupart des acides aminés sont classés comme essentiels (apportés via l’alimentation) ou non essentiels (synthétisé par l’organisme). La tyrosine est l'un des rares acides aminés conditionnels. Cela signifie que le corps peut généralement fabriquer ce dont il a besoin, mais pas toujours en quantité suffisante.


Il existe deux sources principales de tyrosine : l’apport alimentaire de tyrosine et sa synthétisation dans l’organisme à travers la dégradation de la phénylalanine, l'un des 9 acides aminés essentiels.


Les Bienfaits de la L-Tyrosine


La tyrosine aide l'organisme à produire des enzymes, des hormones thyroïdiennes et la mélanine, pigment de la peau. Elle soutient également la production des neurotransmetteurs qui aident les cellules nerveuses à communiquer. La tyrosine est particulièrement importante dans la production d'épinéphrine (adrénaline), de norépinéphrine (noradrénaline) et de dopamine qui sont des neurotransmetteurs ou des hormones. Ces neuro-hormones jouent un rôle dans la pression artérielle, le stress et les fonctions cognitives. [1]


Amélioration des performances cognitifs


La tyrosine est un acide aminé constitutif des protéines de notre alimentation quotidienne et est précurseur de neurotransmetteurs qui ont la capacité d’altérer le fonctionnement du cerveau. Dans l'organisme, la tyrosine alimentaire est convertie par l'enzyme hydroxylase en L-Dopa, le précurseur direct de la dopamine, qui à son tour est convertie en noradrénaline. Du fait que l'enzyme hydroxylase est généralement saturée à environ 75 % de tyrosine, des niveaux de tyrosine plus élevés (en complémentation) peuvent avoir le potentiel d'augmenter la synthèse de dopamine et de norépinéphrine dans le cerveau.


Le neurotransmetteur dopamine est depuis longtemps impliqué dans les processus cognitifs tels que la mémoire de travail ainsi que dans l'apprentissage et le traitement des récompenses. Le fait que la tyrosine augmente la disponibilité de la dopamine qui, à son tour, peut améliorer les performances cognitives, a conduit à la réalisation de nombreuses études administrant de la tyrosine comme complément alimentaire afin d’observer les résultats et ainsi confirmer ou infirmer cette hypothèse. Dans la plupart de ces études, une dose de tyrosine a été administrée avant de tester les performances cognitives des sujets.


Une première étude clinique a été réalisée sur 16 jeunes sujets en bonne santé afin d’étudier l’impact de la supplémentation en tyrosine sur les performances cognitives. En comparaison au groupe placebo, la tyrosine a permis d’améliorer les performances de tâches cognitives pour les sujets une heure après la prise du complément. [2]


Une seconde étude a démontré que la supplémentation en tyrosine améliore certaines dimensions du contrôle cognitif dans des situations où les besoins cognitifs sont élevés. En effet, dans le cadre d'une étude en double aveugle, randomisée et contrôlée par placebo, 22 adultes en bonne santé ont participé à un modèle de permutations de tâches. Par rapport à un groupe placebo neutre, l’administration de tyrosine a favorisé la flexibilité cognitive (c'est-à-dire la réduction des coûts/contraintes de changement de tâches). Ce résultat confirme ainsi que la tyrosine peut améliorer la flexibilité cognitive en mobilisant les ressources cognitives. [3]


Ainsi, les études cognitives faisant appel à des mesures neuropsychologiques ont montré que la charge de tyrosine contrebalance de manière aiguë les diminutions de la mémoire de travail et du traitement de l'information qui sont induites par des conditions situationnelles exigeantes telles que des conditions météorologiques extrêmes ou une charge cognitive importante. Les effets tampon de la tyrosine sur la cognition peuvent s'expliquer par la capacité de la tyrosine à neutraliser les niveaux de catécholamines du cerveau. Il a été ainsi démontré que la tyrosine peut être bénéfique pour les personnes en bonne santé exposées à des conditions situationnelles exigeantes. [4] [5]


Atténue l’impact du stress environnemental sur l’organisme


La littérature à ce jour suggère que la tyrosine est plus efficace dans les cas de déplétion des neurotransmetteurs, à savoir lorsque les niveaux de dopamine et de noradrénaline sont réduits. C'est le cas, par exemple, lorsque l'organisme est exposé à un stress tel que l'hypothermie, à une tâche cognitive difficile ou à un âge plus avancé.


Les situations de stress aigu peuvent perturber le comportement et épuiser la noradrénaline et la dopamine du cerveau, des neurotransmetteurs catécholaminergiques. Une étude a prouvé que l'administration de tyrosine, un constituant alimentaire et précurseur des catécholamines, réduit ces déficits comportementaux et neurochimiques dû au stress. La tyrosine a réduit de manière significative les symptômes, les humeurs négatives et les troubles de la performance chez les sujets qui présentaient des réactions moyennes ou plus importantes à ces conditions environnementales. Ces résultats suggèrent ainsi que la tyrosine peut avoir un impact bénéfique sur les effets négatifs liés au stress. [6] [7]


Les aliments sources de L-Tyrosine


Les acides aminés se trouvent dans les aliments sources de protéines. La tyrosine se trouve notamment dans des aliments tel que :

  • Oléagineux et graines : graines de sésame, de coton, de citrouille, de tournesol, de courge, noix, amandes

  • Fruits : avocats, bananes, abricots, pêches

  • Légumineuses : lentilles, haricots, fèves, pois, arachides, haricots

  • Produits laitiers : fromages à pâte dure (parmesan, comté, emmental, gruyère), lait

  • Protéines animales : oeufs, boeuf, dinde, veau, morue, thon, anchois, saumon, truite, langouste, anchois

La L-Tyrosine Cuure


Nous avons choisi de développer une L-Tyrosine 100% d'origine végétale. Nous utilisons pour cela un processus de fermentation de maïs, résultant en une parfaite alternative vegan à la L-Tyrosine traditionnelle (souvent issue de la kératine de plumes de poules). 1 seule gélule de notre L-Tyrosine contient la dose efficace et recommandée de 500 mg de L-Tyrosine, sans aucun additif ni excipient.



Posologie de la L-Tyrosine


Le stress, le surmenage, le manque de sommeil, la maladie ou une alimentation trop pauvre en protéines peuvent tous accroître vos besoins en tyrosine.


La L-Tyrosine est déconseillée chez les malades de Parkinson ou les personnes ayant des troubles dopaminergiques. À haute dose (au-delà de 500 mg/j), elle peut interférer avec les hormones thyroïdiennes, donc à éviter en cas de pathologies de la thyroïde.


Sources :


[1] Banderet LE., Lieberman HR. Treatment with Tyrosine, a neurotransmitter precursor, reduces environmental stress in humans. Brain Res Bull 1989;22:759-62.


[2] Deijen, J. B., & Orlebeke, J. F. (1994). Effect of tyrosine on cognitive function and blood pressure under stress. Brain research bulletin, 33(3), 319-323.


[3] Steenbergen, L., Sellaro, R., Hommel, B., & Colzato, L. S. (2015). Tyrosine promotes cognitive flexibility: evidence from proactive vs. reactive control during task switching performance. Neuropsychologia, 69, 50-55.


[4] Kühn, S., Düzel, S., Colzato, L., Norman, K., Gallinat, J., Brandmaier, A. M., ... & Widaman, K. F. (2019). Food for thought: association between dietary tyrosine and cognitive performance in younger and older adults. Psychological research, 83(6), 1097-1106.


[5] Hase, A., Jung, S. E., & aan het Rot, M. (2015). Behavioral and cognitive effects of tyrosine intake in healthy human adults. Pharmacology Biochemistry and Behavior, 133, 1-6.


[6] McLean, A., Rubinsztein, J.S., Robbins, T.W. et al. The effects of Tyrosine depletion in normal healthy volunteers: implications for unipolar depression. Psychopharmacology 171, 286–297 (2004).


[7] Mahoney CR, Castellani J, Kramer FM, Young A, Lieberman HR. Tyrosine supplementation mitigates working memory decrements during cold exposure. Physiol Behav. 2007;92(4):575-82. doi:10.1016/j.physbeh.2007.05.003

0 commentaire

Ces conseils sont destinés à améliorer votre bien-être au quotidien et en aucun cas, ne remplacent un suivi médical. Ces suggestions ne doivent jamais inciter le lecteur à soustraire ou arrêter un traitement médical en cours. Ils ne sont pas adaptés aux femmes enceintes, allaitantes, aux nourrissons ou enfants ainsi qu’à toute personne présentant des troubles de santé.

  • Black Instagram Icon
  • Black Facebook Icon
  • Noir LinkedIn Icône

Des questions ? Ecrivez-nous à hello@cuure.co